Echographie des 12 SA : un garçon ?

Hier, j’ai passé ma 1ère échographie officielle, celle des 12 SA.
Quel plaisir de revoir ce petit bichon déjà tellement formé.
Un bébé en miniature avec ses 6 cm.
Nous avons pensé au fait qu’en France, on peut avorter jusqu’à 12 SG, soit 14 SA.
Je suis actuellement à presque 13 SA et lorsque je vois à quel point ce petit être « vit » déjà, quelle décision !!!
Il vaut mieux ne pas visualiser cet embryon car je trouve que cela peut être traumatisant.
Bref, cela me fait penser que cela est un véritable questionnement éthique bien complexe.

Mais revenons-en à mon nombril et quittons ces interrogations existentielles.
Alors que je pensais qu’il était bien trop précoce d’avoir une idée du sexe de ce petit être, quelle ne fut pas ma surprise lorsque mon homme pose la question « il est trop tôt pour savoir ? ». L’échographiste passe un petit coup de sonde au bon endroit et nous dit : « A 90%, c’est un garçon ».
J’avoue que je suis restée coï, interrogative… et que cela me paraissais surréaliste !
Bon, bon… pourquoi pas.
Évidemment, dès que je suis rentrée à la maison, je me jette sur l’ordinateur et sa bible : google !
Effectivement, à ce terme, on peut visualiser un bourgeon, prémisse d’un pénis ou du clitoris. Mais selon l’angle qu’il fait avec le reste du corps, cela oriente vers le masculin ou féminin.
Va pour un garçon alors.

Une fille, un garçon : le choix du roi !
Il est encore bien tôt, donc attendons encore un peu.

Je vais quitter progressivement ce 1er trimestre et cette horrible fatigue.
Déjà je commence à me sentir moins faible..
A moi, le 2è trimestre, ce merveilleux trimestre…

Publicités

Enceinte, envie d’hibernation

Quand on se met en couple, au bout de quelques mois (selon notre âge avancé), on a droit à « alors bientôt un bébé ? ».
Le bébé est fait, il est né…
Notre couple a survécu à cette tempête de pleures et de couche-culottes.
A peine tient-il/elle assis(e) qu’un nouveau refrain se fait entendre à nos oreilles : « alors bientôt un petit frère ou une petite sœur ? », « c’est bien quand ils ont une faible différence d’âge ».
Oui, c’est bien aussi, si tu pouvais faire la mère porteuse, gérer l’ainé(e) et me filer un peu de fric aussi…

Allez, entrons dans cette période « essai-bébé » : calculons les cycles, les jours, les heures… Gardons les jambes en l’air (Archimède, aide ces petits spermato à atteindre le graal !)
Pipi sur ce magnifique bâtonnet qui se conclut par un beau plus… Si beau, qu’on voudrait exposer ce beau test-pipi au milieu du salon… Mais non, ça n’irait pas trop avec la décoration.
J’avais des vertiges, un manque d’appétit : je n’étais donc pas malade…
J’étais « juste » enceinte, je suis juste enceinte.

A la 1ère grossesse, on n’a que son ventre à remplir, son nombril à regarder, son lit à profiter (seule cette fois… le bébé est en place)…
A la 2è grossesse, il faut remplir le ventre de l’aîné(e), ne pas oublier de la regarder grandir, la regarder faire des bêtises en la suppliant d’être gentil(le).

Je suis fatiguée, épuisée. J’ai envie de dormir le matin, le midi, l’après-midi, le soir, la nuit.
A cause de cette ébullition d’hormones, j’ai même eu des insomnies.
Le matin, j’aime ressembler à un panda…
D’ailleurs, les panda, ce n’est pas un peu comme les ours : ils n’hibernent pas ?
L’hiver approche et franchement, moi je rentrerai bien en hibernation !

Enceinte de 2 mois, belle et rayonnante ?
Enceinte de 2 mois, cernée et épuisée !